La sérénité à portée de souffle

Méditation de Pleine Conscience

Respirer, observer, accueillir…

La méditation de pleine conscience comme entrainement de l’attention à être présent.

Rester présent, pleinement dans cet instant...

 

Nous apprenons à vivre au présent, la vie telle qu'elle devrait être vécu.

En cultivant le contentement, la contemplation, la tranquilité, la bienveillance, la compassion

C'est une expérience réelle, d’être présent à soi et à ce qui vient.

Une méthode accessible, simple et efficace pour apaiser le mental de ses vagabondages, et ressentir sa propre présence.



Les différents supports de concentration pour perdurer dans le présent sont : la respiration, les sensations physiques, les émotions (supports focalisés) mais aussi la contemplation, l’éveil des sens, l’écoute… (support ouvert)

Grâce à ses supports de concentration, nous apprenons l'OBERSERVATION des pensées ruminantes, pour s'en défaire et non plus leurs contructions.

On pourrait croire que le but est de ne plus avoir de pensées ou d’arrêter celle-ci mais c’est bien le contraire.

Comme écrit plus haut, il n’y a aucun but si ce n’est de ne rien faire mais d’essayer de le faire le mieux possible !



Dans un premier temps cela demande d’être guidée, dans un cours par exemple, puis petit à petit commencer à expérimenter les méditations dans son quotidien.

Par exemple lors de différents moments de sa journée (dans le métro, en marchant, en faisant la vaisselle …) tout est prétexte pour se défocaliser des pensées faussées et ruminantes et revenir sur du concret, du réel, le présent !

Dans les séances collectives que je propose, nous commençons toujours avec une méditation de pleine conscience… on expérimente les différents supports de concentration a la présence et on amorce le calme intérieur.

Puis nous continuons avec un thème qui diffère de semaine en semaine

Je m’explique : dans la première pratique, nous établissons l’expérience de l’entrainement à revenir dans présent grâce à des supports de concentration : C'est la MISE EN PRESENCE. Puis nous passons à l’introspection, un sujet est proposé et guidé (par moi-même) où nous nous proposons l'évocation d'une situation ou un questionnement intérieur. L'introspection sert à apprendre et mieux comprendre.

 

Apprendre à se connaitre, à se reconnaitre, à s’écouter, connaitre ces valeurs, ces convictions, ces besoins … apprendre sur soi mais aussi sur tout ce qui nous entoure.

Nous cultivons tout un tas de ressources, tel que la reflexion bienveillante ( à l'inverse de la rumination), l'écoute de soi, la maitriser les émotions, trouver l'espace intérieur dénoué d'ego...

Nous ne sommes plus esclaves des pensées. Nous apprenons à lâcher prise et à écouter ce qu’il y a vraiment en soi ! 

Au fil des pratiques, nous nous apercevons des changements qui se font naturellement dans notre façon de penser et d’agir.

Nous pouvons croire que la méditation est une forme de repli sur soi égocentrique, mais nous avons besoin de ce moment sur soi pour apprendre à mieux s’écouter, s’observer, se comprendre, être dans la bienveillance, la compassion...

Et c’est là où c’est magique ! Si nous arrivons à re découvrir notre véritable nature alors nous trouverons la tranquilité intérieure !

" Il faut d'abord apprendre à s’aimer soi-même avant d’essayer d’aimer les autres…"

Pour vous donner des exemples concrets :

La méditation ne m’a pas changé mais elle m’a fait prendre conscience de qui je suis et qui j’ai envie d’être ! J’agis dans mon quotidien avec respect de mes valeurs mais aussi des autres et de tout ce qui m’entoure. Je ne suis plus esclave des jugements d’autrui. J’apprends à m’écouter et à accueillir mes sentiments et émotions.

Il ne faut pas imaginer que quand on médite notre vie est parfaite et que nous ne sommes jamais en colère, bien sûr que non ! mais nous apprenons à moins subir les désagréables de la vie…

En bref, la méditation m’a permis de voir les choses telles qu'elles sont dans toutes leurs impermanences, leurs fragilités et leurs interdépendances… J’apprends à me satisfaire des petits agréables du quotidien et à me défaire des petits désagréables.

Et je conclurai par vous écrire, que ce qu’il y a de plus magique avec la méditation c’est qu’une fois qu’on a compris qu’on pouvait allumer sa lumière intérieure, nous nous apercevons que nous éclairons les autres pour qu’à leur tour ils allument leurs propres lumières…

C’est un cercle vertueux…

La méditation que je vous propose n’est pas tirée de spiritualité ni de religion, simplement un exercice pour se re approprier l’instant présent.

Voilà plus qu’a essayer et découvrir les bienfaits d’être présent à soi et aux autres !

 

 

 

 

 

 

 

Comment faire pour méditer ?

Déjà oublier l’imagine de yogi à moitié nu les jambes pliées comme jamais et qui arrive à rester des heures dans la même position !

Les méditations que je propose sont soit sur les chaises, soit au sol (mais cela n’est jamais imposé) chacun reste libre de sa posture.

Nos yeux sont plutôt fermés et le dos est bien droit (pour éviter les mauvaises postures)

Il y a donc, la pratique formelle : assis les yeux fermés pendant plusieurs minutes. C’est ce que nous pratiquons en séance collective.

Et la pratique informelle : Nous ramenons l’attention lors des actes du quotidien, en marchant, mangeant…

Les deux pratiques sont complémentaires et il faut s’entrainer à les pratiquer simultanément.

La forme formelle permet de développer et renforcer notre capacité à nous concentrer et à être plus attentif pour l’expérimenter dans la forme informelle ! Pour que cela devienne une façon d’ETRE plutôt qu’une technique.

Nous sortons du pilotage automatique et devenons acteurs de nos propres vies ! 

Un peu d’histoire sur la méditation et les sciences :

Article de « https://www.meditation-pleine-conscience.net/ »

Dès les années 60, avec la méditation transcendantale, on avait commencé à mesurer les effets de la méditation sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque, les ondes du cerveau. A partir de 70, Herbert Benson, cardiologue américain, étudie l’impact de la relaxation sur le stress, puis de la méditation. En 1992, Richard Davidson, professeur de psychiatrie de l’université du Wisconsin, commence à faire des recherches sur le cerveau des méditant auprès du Dalaï Lama, et d’autres méditant, notamment Matthieu Ricard.

Francesco Varela, neurobiologiste chilien, créera un pont entre bouddhisme et science, en créant le « Mind and Life institut », qui deviendra un organisme de référence sur toutes les avancées scientifiques autour des liens entre méditation et neuroscience.

En 2003, un congrès annuel avec le Dalaï Lama, réunira des scientifiques et des orateurs dans le cadre du Mind and Life Institut.

Antoine Lutz, chercheur français au CNRS, conduira aussi de nombreuses études remarquables.

Puis, dès 1970, Jon Kabat Zinn, professeur à l’université du Massachussett, crééra un cycle en 8 semaines de réduction du stress basé sur la méditation de pleine conscience (MBSR=Mindfulness Based Stress Reduction), et il ouvre ensuite la clinique du stress qui accueille des centaines de personnes souffrant de douleurs, stress, angoisses.

La méditation est alors entrée dans la vie de nombreuses personnes, sans lien avec une quelconque spiritualité : les apports scientifiques ont grandement contribué à faire connaitre cette pratique auprès du grand public.

Méditation et santé, les apports scientifiques :

Article de « https://www.meditation-pleine-conscience.net/ »

Les études sur les apports de la méditation de pleine conscience sont de plus en plus nombreuses. Elles ont montré que la méditation activait le cortex préfrontal gauche (partie du cerveau impliquée dans les émotions positives), augmentait la cohérence cérébrale et modifiait la structure du cerveau, notamment le cortex de l’insula antérieure droite (actif pour les sensations internes du corps)

Une étude a montré aussi une moindre altération de la matière grise (mémoire, réflexion) chez les méditants réguliers. Cette étude a aussi montré que 3 mois de méditation intensive avaient une action sur l’activité des télomérases, ces enzymes sont essentielles pour la protection contre le vieillissement cellulaire. La méditation empêcherait donc le vieillissement cérébral.

Les recherches ont aussi mis en évidence une meilleure gestion des émotions.

Certaines études montrent que la méditation a aussi la capacité d’agir sur la santé cardiovasculaire, la tension artérielle, l’immunité.

Depuis quelques années, la méditation commence aussi à rentrer dans les entreprises et les institutions (écoles, hôpitaux). Le stress au travail est aujourd'hui un facteur pris en compte par les grands dirigeants, et des cycles MBSR sont souvent proposés aux employés au sein même de l'entreprise.