La sérénité à portée de souffle

Sophrologie Caycèdienne - Méditation de pleine conscience

Sophrologie Caycèdienne

​La Sophrologie a été créée en 1960 par le Dr Alfonso Caycedo, docteur en médecine et chirurgie, spécialiste en neurologie, psychiatre exerçant à l’Hôpital-Clinique de Barcelone et professeur agrégé de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone.

La Sophrologie caycédienne est une discipline qui aide chacun à développer une conscience sereine au moyen d’un entraînement personnel basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit.

Elle se fonde sur l’observation et l’étude de la conscience, de la perception corporelle et de la relation corps-esprit, ainsi que leur influence sur le mode de vie.
Son objectif est d’aider à renforcer les attitudes et valeurs positives au quotidien, dans le champ professionnel comme personnel, ainsi que de développer les capacités de gestion active du stress et des émotions négatives.
La pratique régulière de la Sophrologie caycédienne avec un professionnel puis de façon autonome permet ainsi à chacun d’optimiser ses capacités et son efficacité au quotidien.

Les principes de la Sophrologie

Le principe de réalité objective :

Adaptabilité de la personne aux différentes situations de la vie.
Voir objectivement la situation telle qu’elle est réellement sans la transformer.
 

Le principe d’intégration du schéma corporel comme réalité vécue :

Multiplier les sensations corporelles grâce à l’entraînement afin d’être en harmonie avec son corps.

Le principe d’action positive :

Renforcer la pensée positive dans le corps et l’esprit, afin de pouvoir aller de l’avant dans ses projets, se réaliser, être qui l’on est.

L’alliance sophronique :

Relation de confiance nécessaire établie entre le sophrologue et la personne accompagnée. Celle-ci reste active et maître de la réussite de cet accompagnement.

La loi de l’entraînement :

Un entraînement quotidien est indispensable pour maintenir « la vivance », c'est-à-dire les sensations corporelles et les répercussions mentales ; les séances peuvent être enregistrées par la personne.

Différents domaines de travail

Sur le corps :

Apprendre la détente musculaire
Savoir lâcher prise
Essayer de maîtriser sa douleur
Prendre conscience de ses réactions corporelles
Savoir réguler son sommeil
Écoute et éveil du corps

Sur les émotions :

Développer la présence au soi
Prendre confiance en soi
Être conscient de ses émotions

Sur le fonctionnel :

Être écoutant envers soi-même au niveau physique, psychique et social (prévention des dysfonctionnements)

Sur le relationnel :

Avoir des outils d'indépendance pour mieux se comprendre et entrer en relation
S’accueillir
Être présent

Sur l'intellectuel :

Libérer les tensions psychiques et développer la concentration

Méditation de pleine conscience​

Respirer, observer, écouter …

La méditation de pleine conscience consiste à amener son attention sur l’instant présent. Par des exercices de concentration et d’attention, l’esprit apprend à se tourner vers ce qui se passe ici et maintenant, au moment où cela se passe.

En portant son attention sur ce qui se passe, on est plus attentif à ses ressentis, ses sensations, ses émotions, ses pensées. Ainsi en prenant conscience de ses émotions, pensées, on apprend à ne pas se laisser emporter par elles, à ne pas les laisser prendre le dessus. Ainsi, le stress, l'angoisse, l'anxiété sont souvent moins présent. On apprend à prendre du recul.

En pratiquant régulièrement la méditation de pleine conscience, on se fait moins piéger par les pensées, les ruminations, on identifie mieux les moments où l’on abandonne l’observation des faits réels pour rentrer dans des supputations virtuelles.

Le méditant reste neutre dans son observation. Il peut focaliser son attention sur la respiration, sur un mouvement du corps, ou sur des sensations. 

Il est essentiel de pratiquer régulièrement, et avec, si possible un instructeur, au moins au début. Celui-ci peut répondre à vos questions et surtout vous expliquer les fondements de la pleine conscience, ses règles, et les différentes façons de pratiquer.

Comment méditer ?

La méditation de pleine conscience se pratique sous différentes formes, toutefois on distingue deux pratiques distinctes :

  • La pratique formelle : on s’assoit pour pratiquer de façon intensive, pendant environ 30 à 45 minutes. On peut également pratiquer debout ou en marche.
  • La pratique informelle, consiste à focaliser son attention lors d’actes du quotidien, en mangeant par exemple, en prenant sa douche, en faisant la vaisselle, en se rendant d'un endroit à un autre...

Les deux pratiques se complètent, et il est préférable de développer ces deux pratiques simultanément. Le fait de pratiquer de façon formelle permet de renforcer sa capacité à se concentrer et à être plus attentif lors des actes du quotidien, et c'est bien là le but. Mais se contenter de pratiquer uniquement "sur le coussin" et avoir une attitude opposée dans la vie de tous les jours ne contribue pas au processus.

Il s’agit plus d’une façon d’être que d’une technique. Cela permet de sortir du pilotage automatique de pensées dans lequel nous pouvons entrer de façon inconsciente et parfois systématique.

 

Article de « https://www.meditation-pleine-conscience.net/ »

Histoire de la méditation et des sciences :

Dès les années 60, avec la méditation transcendantale, on avait commencé à mesurer les effets de la méditation sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque, les ondes du cerveau. A partir de 70, Herbert Benson, cardiologue américain, étudie l’impact de la relaxation sur le stress, puis de la méditation. En 1992, Richard Davidson, professeur de psychiatrie de l’université du Wisconsin, commence à faire des recherches sur le cerveau des méditant auprès du Dalaï Lama, et d’autres méditant, notamment Matthieu Ricard.

Francesco Varela, neurobiologiste chilien, créera un pont entre bouddhisme et science, en créant le « Mind and Life institut », qui deviendra un organisme de référence sur toutes les avancées scientifiques autour des liens entre méditation et neuroscience.

En 2003, un congrès annuel avec le Dalaï Lama, réunira des scientifiques et des orateurs dans le cadre du Mind and Life Institut.

Antoine Lutz, chercheur français au CNRS, conduira aussi de nombreuses études remarquables.

Puis, dès 1970, Jon Kabat Zinn, professeur à l’université du Massachussett, crééra un cycle en 8 semaines de réduction du stress basé sur la méditation de pleine conscience (MBSR=Mindfulness Based Stress Reduction), et il ouvre ensuite la clinique du stress qui accueille des centaines de personnes souffrant de douleurs, stress, angoisses.

La méditation est alors entrée dans la vie de nombreuses personnes, sans lien avec une quelconque spiritualité : les apports scientifiques ont grandement contribué à faire connaitre cette pratique auprès du grand public.

Article de « https://www.meditation-pleine-conscience.net/ »

Méditation et santé, les apports scientifiques :

Les études sur les apports de la méditation de pleine conscience sont de plus en plus nombreuses. Elles ont montré que la méditation activait le cortex préfrontal gauche (partie du cerveau impliquée dans les émotions positives), augmentait la cohérence cérébrale et modifiait la structure du cerveau, notamment le cortex de l’insula antérieure droite (actif pour les sensations internes du corps)

Une étude a montré aussi une moindre altération de la matière grise (mémoire, réflexion) chez les méditants réguliers. Cette étude a aussi montré que 3 mois de méditation intensive avaient une action sur l’activité des télomérases, ces enzymes sont essentielles pour la protection contre le vieillissement cellulaire. La méditation empêcherait donc le vieillissement cérébral.

Les recherches ont aussi mis en évidence une meilleure gestion des émotions.

Certaines études montrent que la méditation a aussi la capacité d’agir sur la santé cardiovasculaire, la tension artérielle, l’immunité.

Depuis quelques années, la méditation commence aussi à rentrer dans les entreprises et les institutions (écoles, hôpitaux). Le stress au travail est aujourd'hui un facteur pris en compte par les grands dirigeants, et des cycles MBSR sont souvent proposés aux employés au sein même de l'entreprise.

Article de « https://www.meditation-pleine-conscience.net/ »